«

»

Rêve Boréal

Rêve Boréal
par Diane Bouchard et Les Communications Alain Potvin, Lac-au-Saumon

Bonjour tout le monde! Oui, j’ai réalisé mon Défi Boréal de 100 km en style libre en 7h32 et ce, au prix d’énormes efforts et d’un investissement énergétique élevé. Voici brièvement comment j’ai vécu cette journée.

Lever à 5h00, déjeuner de riz aux fruits que j’ai fait avant de partir, bonne hydratation, visualisation de la course et motivation positive; relâchement. Dernière vérification de l’équipement, j’enfile des vêtements appropriés, un petit bec de mon chum Nelson et hop me voilà prête.

La première partie du parcours est difficile: très montagneux, neige froide et peu glissante, température de –19 °C au départ. La mise en train est ardue à 8h00, car habituellement je m’entraîne le soir après mon travail vers 18h00 et la fin de semaine vers 11h00. Pour faire mon volume, je skie entre 4h00 et 4h30 en continu le samedi et le dimanche.

Au 10e km, je ressens de la douleur à l’intérieur du genou droit et une crampe me tenaille le mollet gauche. Ces malaises viennent miner temporairement ma confiance, mon corps me parle comme on dit. Je m’hydrate bien et commence à penser que le 100 km va être long.

Je ne peux pas maintenir ma cadence habituelle et devant cette réalité, j’accepte que mon corps prenne un rythme plus lent. À partir de maintenant, je me concentre sur un kilomètre à la fois. Je pense aux gens qui m’ont encouragé dans ce défi, aux jeunes qui doivent lutter à chaque jour pour leur vie. Je suis contente d’être là et je dois être positive. Les bénévoles sont sympathiques dans les relais, toujours prêts à nous aider; ils nous donnent de la nourriture, des breuvages et des encouragements. Les pistes sont très belles, le soleil est au rendez-vous et la nature contribue à m’aider à refaire le plein d’énergie. Je me sens de mieux en mieux.

J’ai fait la première partie du parcours de 50 km en 4h10 et je vous avoue, j’en étais un peu déçue. Soudain, des paroles du fondeur Pierre Harvey me reviennent : « Tu pèses sur un bouton pour un autre 50 km. » Celles-ci m’encouragent et contribuent à décupler mon énergie pour la suite de l’épreuve.

Les kilomètres diminuent, le plaisir d’être là s’accentue, l’endorphine est au rendez-vous, je me sens vraiment bien. La deuxième partie du parcours est beaucoup plus facile somme toute! Malgré les difficultés et l’ampleur de l’épreuve, mon corps a bien géré ce défi. Il m’a permis de terminer en force et d’apprécier le plaisir de skier jusqu’à la fin. Mon temps pour la seconde moitié est de 3h22, j’en suis fort satisfaite.

Nous sommes 29 participants à avoir terminé l’épreuve du 100 km, dont trois femmes. Je me suis classée deuxième chez les femmes, devant Laurence Grandmont, à une minute de la gagnante Mélanie Jacqmain.

Je suis bien contente de cette double expérience à la fois athlétique et humanitaire.

Je vous remercie de m’avoir encouragé et appuyé en contribuant à la FONDATION RÊVES D’ENFANTS. Vos généreux dons permettront de remettre intégralement la rondelette somme de 1 242 $ à la fondation. Merci de permettre à un enfant de réaliser son RÊVE!

Mai 2005

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié.

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>