«

»

Loppet Subaru Orford 2010

Nom: Loppet Subaru Orford

Distances: 30 km (32,6 km)
Style: classique
Participants, l’an passé: 77 (14 F, 63 H) dans le 35 km
Distances: 15 km (16,3 km)
Style: libre
Participants, l’an passé: 59 H dans le 15 km
13 F dans le 10 km

Marathon oblige, je n’ai pas souvent participé à la Loppet du Mont Orford. Je vais cependant essayer de vous préparer du mieux possible à l’affronter.

Cette année la Loppet est jumelée à la deuxième tranche de la Coupe Québec et la plupart des clubs de la province y seront présents. Si vous n’avez pas compris le message, je le décrypte pour vous : ‘’Arrivez de bonne heure’’. Le stationnement sera bondé, les places pour le fartage rares et les toilettes encombrées. Pas de panique, les organisateurs sont au courant et tout sera fin prêt pour éviter les engorgements et les attentes.

Maîtres : ayez la décence de ne pas demander aux farteurs des différentes équipes la recette miracle du fartage du jour. Ils ne la donneront pas et vous passerez pour des néophytes.

Le parcours consiste en une boucle de 16,3 km, d’un dénivelé total de 730 m, que l’on skie une ou deux fois, selon la distance imposée.
Prenez le temps d’analyser le tracé du parcours, le plateau de départ (important pour situer correctement le départ de la seconde boucle et la ligne d’arrivée) et la couleur des fanions.

Ne vous trompez pas de zone de départ, car sur le plateau, il y aura les participants de la Coupe Québec et ceux de la Loppet.
Une fois le signal du départ donné, inutile d’essayer de se glisser au milieu des Seniors, vous avez peu de chances d’en distancer et les risques de chute et de bris sont élevés (et il reste 30 km pour éjaculer la testostérone).

Après 700 m de plat le long de l’Étang aux Cerises, on vire à gauche pour 350 m et on aborde par un virage à droite, une montée suivie d’une descente qui mène (au km 2) à l’intersection avec la piste de 5km utilisée pour la Coupe Québec.

Les 5 kilomètres suivants sont rectilignes et en léger faux plat montant jusqu’à la grande halte (km 5). Il est temps de revenir vers le plateau de départ. Une bonne montée de 600 m, un virage à gauche (on continue à monter), une courte descente et un léger faux plat ascendant d’environ 4 km nous amènent au km 9,5. Par une côte de 500m, on atteint le km 10. Une autre courte montée (200 m), une portion plane (700 m) et au km 11,5, on vire (90o) à droite pour redescendre jusqu’au km 13. Virage serré à droite et belle descente (400 m). Attention : le virage qui la termine risque d’être glacé si vous ne passez pas dans les premiers. La descente continue, moins raide mais assez rapide. Après 1,5 km de plat, on amorce une boucle qui ramène au plateau de départ. On ne crie pas victoire, il reste le second tour à compléter pour les participants au 32,6 km. Il s’agit du même parcourt mais curieusement, on le trouvera plus fatigant, plus lent et plus long.

Cette seconde boucle une fois complétée, la ligne d’arrivée vous attend. Les congratulations aussi. N’oubliez pas de remettre le dossard. Prenez ensuite quelques heures pour visionner la course sur votre montre, GPS, chronomètre, pulsomètre, caméra et téléphone. Il est très important de connaître ses pulsations cardiaques au huitième kilomètre du second tour, au moment ou on doublait le dossard 45, dans le petit faux plat ou l’an passé le dossard 78 nous rattrapait.

S’il vous reste de l’énergie, demandez à votre GPS de retrouver votre véhicule dans le stationnement. Ensuite, on vous attend au chalet. Vous avez passé une bonne journée….revenez donc l’an prochain.

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié.

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>